Témoignages PPL

 

Jacques

Bonjour à vous, amis pilotes ! Me voici aujourd'hui pilote privé à 54 ans. Depuis ma tendre enfance je souhaitais voler mais les aléas de la vie et certaines contraintes ont fait que je n'ai pu parvenir à vivre de mon rêve, mais aujourd'hui mon examinateur m'a dit : c'est bon vous êtes pilote privé ! J'ai passé mon PPL théorique en 2 mois et mon PPL pratique en 4 mois, je travaillais quand même chaque soir à regarder mes procédures, mes nav ... Mais aujourd'hui, c'est bon !!! Pour infos, si je peux donner un conseil aux jeunes entreprenants PPL, bossez régulièrement et frayez vous une connaissance aéro via les différents magazines aéro, on y trouve de bon témoignages, de bons articles, etc. Donc pour devenir pilote privé, je pense qu'une petite rigueur, de la passion et un peu de disponibilité seront les bienvenus. 

A bientôt. Jacques

 

NicoTakeOff 

Bonsoir, juste pour dire que j'ai mon PPL et 150 heures de vol. Pour son PPL, même si cela reste une petite licence, il faut une bonne rigueur, car gros avion ou petit, je pense que chaque érreur n'est pas anodine et peut vous mettre en danger, vous ou ceux que vous avez dans votre avion, ou en dessous de vous ...

A bientot et enjoy your flight ! 

Nico

 

Samuel 

PPL Today après 80 heures de vol, dont 60 dans un aérodrome à quasiment ne rien apprendre, jamais de cours au sol, briefing quand ça chanté à l'instructeur, nav à l'arrache... et j'en passe ! Il y'a 2 mois, j'ai pris l'initiative d'entrer dans un FTO pour passer mon PPL . Certes le prix à était plus cher mais en 36 jours exactement j'ai fait 23 heures de vol exactement et j'ai passé mon PPL et obtenu par un FE DGAC, donc si votre but est d'obtenir votre PPL pour continuer par la suite, passez via un FTO et non un aéroclub qui vit de bénévoles...

 

Témoignages de pilotes de ligne

 

OPL chez Régional

 

Prénom : Anonyme

Son age : 33 ans

Son poste :  Co-pilote chez Régional

Son témoignage :

1991 "lâché" pilote de planeur (15 ans) ; confirmation de la passion et de certaines capacités 

1995 Echec concours EPL/S ENAC après une maths sup 

1995-1996 DEUG "Sciences de la matière" 

1996-1997 Service militaire (Opérateur-marqueur à Villacoublay) (en même temps passage de la moitié des certifs du PL théorique en vigueur à l'époque, c'était plus économique, pas besoin de passer par une école donc dépenses = "juste" bouquins d'occasion, annales et frais d'examen) 

1997-1998 Petits boulots pour épargner (un peu...) avec pour objectif une formation de CPL/IR avec "frozen" ATPL britannique ; en même temps bouclage des derniers certifs et obtention du PL théorique, et lectures et écoutes d'anglais à fond 

1998-1999 Formation "ab-initio" (c'est comme ça qu'il l'appellait, souvent destinée aux cadets Aer Lingus et British Airways) CPL/IR avec "frozen" ATPL britannique (qui se "dégèle"  à 1500 heures) à FlightSafety, 
Vero Beach, Floride puis à Dundee en Ecosse pour la dernière partie de l'IR et le test; partiel obtenu à un des "progress check" sur trois, le reste du premier coup et les théoriques (qui ressemble beaucoup à ce qui existe aujourd'hui en version JAR) du premier coup, donc respect des 52 semaines prévues, donc respect de mon budget 

Juin 1999 : 2 semaines après l'obtention de mon IR, sélec Aer Lingus avec passage successifs des étapes : psychotechs + anglais, entretiens de groupe et individuels, simu (737), visite médicale et entretien psy 
Un mois plus tard, réponse négative mais "pas complètement" en disant qu'ils avaient eu beaucoup de candidats d'un standard élevé et qu'il n'était pas évident de choisir et que je devais ré-essayer dans un an (équivalent de l'ajournement chez AF), un an plus tard les minimas expérience étaient ré-haussés et je ne les avais pas, donc Aer Lingus loupé à un poil de  près 

Juillet 1999 Début de la galère avec les mensualités de remboursement du prêt qui approchent, et que des réponses négatives à la centaine de candidatures que j'avais envoyé de part le monde...le fameux manque d'expérience ! 
Donc début des boulots également : dans l'intérim, manutentionnaire, conducteur-préparateur de voitures de loc (avec les "ouaich", "trop d'la balle"), en CDD de six mois, conducteur de navettes Paris-aéroports (bon pour les pourboires et les numéros de téléphone ) 

Février 2000 Enfin un peu d'éclaircies : un boulot qui me rapproche du milieu : pilote écho radar en intérim sur CDG et ORY 

Début 2001 je rencontre quelqu'un qui est pilote d'un Beech 90 pour transporter les dirigeants d'une entreprise un peu partout en France et en Europe. Il est le seul pilote employé mais ses patrons acceptent qu'il emmène des pilotes pros, non payés (il vantait bien les mérites du travail en équipage et je pense qu'ils en étaient conscients mais en réalité les sousous leur faisait dire que ça fonctionnait très bien avec un seul pilote). Donc pas payé ni défrayé mais trop heureux de voler enfin, sur du turbo-prop, où je "me fais la main" et profite un max de l'expérience de ce monsieur qui a bien "baroudé". En même temps je maintiens mes activités d'intérimaires, qui mises bout à bout (meilleur rémunération horaire car précarité) me permettent de joindre les deux bouts

Février-Mai 2003 (licences plus un peu moins de quatres ans) Le pilote de Beech 90 me recommande auprès d'AIRLEC et je suis embauché initialement sur Baron en mono-pilote ! (Si ça se passait bien, ça débouchait sur un CDD sur Merlin pour l'été). Mission : amener le Baron de Bordeaux à Mont-De-Marsan en VFR ou en IFR si nécessaire pour transporter ensuite des contrôleurs aériens afin de leur donner une approche directe de la gestion d'une zône de contrôle. 

Juin-Octobre 2003 Co-pi sur Merlin dans le cadre d'évacuations sanitaires ("EVASAN") essentiellement, transports d'organes, de frêt et de passagers. Le CDB et moi s'occupions du catering, des changements de version, du service à bord. La journée type, c'était un décollage vers les sept heures du mat, quatre à cinq heures de vol vers le Maghreb, une à trois heures d'escale (attente des infirmiers plus malade(s)), un vol vers un autre aéroport du Maghreb, même style d'attente pour attendre un autre malade, retour vers une destination française, puis une deuxième (qui était souvent le retour à la case départ du Bourget). Le temps de décharger l'avion, de faire éventuellement un changement de version, de le nettoyer c'était pas rare de finir à 2330, complètement rincés, c'était le cas de le dire, vu les températures qu'on s'était tapées (sur Merlin, pas d'APU et pas d'ouvertures de pare-brise latérals possibles...) donc on aurait vraiment pas pu rencontrer la femme de notre vie (ou bien elle aurait du tomber très amoureuse 

Novembre 2003 à Mai 2004 Co-pi sur Metroliner pour Champagne Airlines (n'existe plus) cette fois-ci en intérim (et oui pilote intérimaire ça existe !) et en CDDs dans le même style d'opérations 

Juin-Août 2004 une autre saison chez Airlec 

Novembre 2004 Enfin(licences plus cinq ans et demi), premier CDI en tant que co-pilote sur Beech 90 et 200 pour Darta. Travail similaire aux précédents mais beaucoup plus axé sur le transport de personnalités. 
Destinations très variées dont certaines vraiment "fun" comme Saanen (Gstadt) avec de la montagne un peu partout 

Mars 2006 Première qualif réacteur sur Beechcraft "Premier One", un jet d'affaires (320kts/M0.77/FL410) de six places qui sera le premier de ce type à voler en France, donc avec le CDB production du manex et test OCV. Très intéressant. 

Mars 2007 Réussite de la sélection pour Régional 

Actuellement; 3200 heures dont 1850 sur réacteur, et un bon souvenir de mon parcours qui m'a pas mal construit, professionnellement et personnellement sur certains points, malgré les inévitables moments de spleen lors des périodes de chômage. Ce qui m'a permis de tenir: les évolutions (premiers vols en Beech 90 par exemple), mêmes minimes. 

So, keep faith and hang on to what you've got  

Cheers, lads and ladies

 

OPL chez Meridiana

 

Après avoir intégré l’ESMA en 2007, Kévin  est aujourd’hui, à 23 ans, pilote sur Airbus A320 dans la 2e compagnie italienne, Meridiana…


- Bonjour Kévin ou… Bonjourno ! Tu viens en effet d’être embauché en tant qu’Officier Pilote de Ligne chez Meridiana…

Ciao ! Effectivement je travaille actuellement dans une grande compagnie italienne qui s’appelle Meridiana Fly (née de la fusion de 2 compagnies en Février 2010: Meridiana et Eurofly, ndlr). Elle exploite des MD80, A319, A320, et A330. Pour ma part j’opère sur A319/A320 et je suis basé à l’aéroport Milan Malpensa.

- Sur quels vols es-tu affecté ?

On a des destinations super sympa, on va dans toute l’Italie mais également partout en Europe : Espagne et Allemagne… En Afrique : Egypte, Sénégal… Et même aux Emirats Arabes Unis avec la liaison vers Abu Dhabi !


- Qu’est ce qui t’a amené à postuler chez Meridiana ?

Quand j’ai terminé ma formation pilote à l’ESMA, je suis rentré chez moi en Nouvelle Calédonie et dans l’avion, en lisant le journal local, je suis tombé sur une annonce : «  recherche  3 pilotes Airbus A320 avec 1500h de vol dont 500h sur type »… J’étais loin de correspondre aux minimas, tout juste sorti du centre de formation à l'Esma mais je me suis dis que j’allais quand même tenter ma chance… J’ai donc envoyé mon CV… Et ils m’ont contacté ! Meridiana me proposait de suivre la qualification de type Airbus A320 !
Sans hésiter, alors que ça ne faisait qu’un mois que j’avais quitté le centre de formation, j’ai accepté la proposition. Je suis donc parti à Bruxelles où tout s’est très bien passé, j’avais un binôme très expérimenté donc cela m’a permis d’être tout de suite à l’aise.

La qualification de type A320 en poche, j’ai pu réaliser mon premier décollage et un premier vol d’entraînement Bruxelles-Paris, un moment que l’on n’oublie pas dans une vie ! Etant alors parfaitement opérationnel, j’ai tout fait pour que Meridiana me conserve alors même qu’aucun français n’avait jamais travaillé pour la compagnie ! Et ça a marché ! Je suis aujourd’hui le seul français chez Meridiana ! Pour anecdote, parfois la tour de contrôle me parle même en Italien, déjà qu’en anglais c’est assez difficile de la comprendre, alors là, en italien, c’est encore autre chose !

- Comment vois-tu ton évolution de carrière ?

J’ai signé chez Meridiana pour 1 an, j’aurai donc le temps de faire environ 600h de vol sur A320. A la suite de cette belle expérience, j’aimerais travailler dans une compagnie française. Je vise aussi Vietnam Airlines puisque l’ESMA a des partenariats forts avec cette compagnie majeure. En fait je suis prêt à m’expatrier partout où il faudra pour atteindre les minimas demandés par la compagnie Air Calin, car mon objectif c’est d’être pilote de ligne dans cette compagnie de Nouvelle Calédonie, l’île où je suis né et où j’ai grandi.

 

OPL chez Twinjet

 

Prénom : Anonyme
 
Son age : 29 ans
 
Son poste : OPL Chez TwinJet
 
Son témoignage :

Juin 2000: Bac S spécialité mathématiques

Septembre 2002 à septembre 2003: Atpl théorique CESA Nancy

Janvier à juin 2004: CPL/IR Airways Agen

Novembre 2004: MCC Airways Agen

Mars à octobre 2005: agent d'escale dans un aéroport régional français.

Février-mars 2006: qualification FI au SEFA Grenoble

Avril 2006 à octobre 2009: instructeur dans un aéroclub de l'Est de la France. Un an et demi salarié, un an et demi bénévole (et donc au chômage également).

Novembre 2009 à février 2010: Instructeur dans un FTO en création dans l'Est de la France.

Mars 2010: qualification Beech 1900

Depuis avril 2010: OPL chez Twinjet